Le Club Franchiseurs ouvre à Bordeaux

Club Franchiseurs Bordeaux

Le Club Franchiseurs à Bordeaux après celui de Toulouse.

Créé en janvier 2013 par Bernard-Yves Saint-Paul ( Expert en développement de réseaux de franchise, cabinet BYSP&GO Conseil) à Toulouse, le Club Franchiseurs ouvre une antenne à Bordeaux en partenariat avec Maître Florian de St Pol, avocat spécialisé en droit de la franchise et Guy St Solieux, Doyen du Collège des Experts de la franchise. Le Club Franchiseurs s’adresse à tous les franchiseurs désireux de côtoyer d’autres franchiseurs et d’échanger sur des problématiques spécifiques du secteur de la franchise.

La première réunion aura lieu le jeudi 22 octobre de 19h30 à 22h00 dans les nouveaux locaux de Maître Florian de St Pol avec pour thème les enjeux de la loi Macron pour les franchiseurs.

Les réunions se déroulent tous les 2 mois à tour de rôle chez un franchiseur de la région qui prend en charge l’accueil des membres autour d’un cocktail dînatoire.

Si vous souhaitez vous inscrire (inscription gratuite), merci de contacter par mail Bernard-Yves Saint-Paul à l’adresse contact@bysp.fr avant le 12 octobre.

Le Club Franchiseurs ouvrira également prochainement une antenne à Montpellier en partenariat avec Jean-Jacques Charignon, conseil en développement de réseaux et Florian Mantione, fondateur du cabinet RH du même nom .

Voir également le site de BYSP&GO Conseil

Formation « Optimiser l’image de marque de votre réseau par l’expérience client ».

Optimiser la relation clients

BYSP&GO Conseil, centre de formation spécialisé dans le domaine de la franchise, lance un nouveau programme de formation destiné à améliorer la qualité de l’expérience client.

Programme d’une ou deux journées en inter ou intra-entreprise.

Objectif de la formation:

  • Améliorer la qualité de l’expérience client
  •  Fidéliser ses clients
  • Gérer les réclamations clients
  • Sensibiliser le personnel (équipes et encadrants) sur l’importance de la Relation Clients
  • Définir sa politique de Relation Clients et ses objectifs
  • Animer la Relation Clients au quotidien
  • Savoir motiver ses collaborateurs
  • Gérer les conflits

Une première session inter-entreprises les 25 et 26 mai 2015 à Toulouse

Programme complet en suivant ce lien Format

Pas de DIP, pas de nullité : que reste-t-il de la loi Doubin ?

Article rédigé par Maître Florian de St Pol, avocat http://desaintpol-avocat.fr/              Le DIP

 

Florian de St Pol avocat franchise Bordeaux conseil franchiseur

DIP : Dans un arrêt du 10 février 2015 (RG 13/07186), la Cour d’Appel de Lyon déboute un franchisé de sa demande de nullité d’un contrat de franchise.

Pourtant, celui-ci n’avait reçu ni DIP, ni projet de contrat de franchise.

La Cour d’Appel de Lyon, dont les décisions sont souvent favorables aux têtes de réseaux, déboute sèchement le franchisé en faisant sienne l’argumentation du franchiseur.

Elle estime que le gérant de la société franchisée, en sa qualité d’ancien directeur régional de la société franchiseur « était parfaitement informé sur l’expérience et l’ancienneté du franchiseur, l’état et les perspectives de développement du marché concerné, l’importance du réseau d’exploitation, les conditions et les modalités du contrat de franchise, ainsi que le champ des exclusivités ».

Certes, la jurisprudence rappelle constamment que la seule violation de la loi Doubin n’entraîne pas automatiquement la nullité de l’accord de franchise, et que le franchisé doit démontrer, pour obtenir cette nullité, qu’il n’aurait pas contracté s’il avait été en possession des informations légalement requises.

Certes, en sa qualité d’ancien directeur régional de la société franchiseur, le franchisé a certainement eu accès à de nombreuses informations.

Cependant, cette décision va à l’encontre de la jurisprudence majoritaire, qui déduit régulièrement de la seule absence de communication d’un DIP l’existence d’un vice du consentement du franchisé.

En outre, doit-on déduire de cette ancienne qualité la connaissance parfaite par le franchisé du projet de franchise ? Il est permis d’en douter.

Peut-être les faits de l’espèce, que nous ne connaissons pas en détail, justifiaient-ils un débouté.

Mais en toute hypothèse, on peut s’interroger sur l’opportunité d’une telle décision. Les franchiseurs n’ont pas besoin d’être encouragés à violer la loi Doubin, ils s’adonnent par eux-mêmes bien trop régulièrement à ce sport.

Cette décision démontre, s’il en était besoin, le caractère insuffisant de la loi Doubin, mais aussi un manque total de professionnalisme des franchiseurs, qui se lancent dans le commerce associé sans disposer des outils ni des connaissances nécessaires…

 

A lire : Les effets méconnus du droits communautaires sur les accords de franchise

Quelle est la légitimité de la FFF dans la crédibilisation des franchiseurs ?

Pour les néophytes, un franchiseur qui est membre de la FFF est synonyme de « franchiseur de qualité ». Commissions d’experts, admission sur dossier, contrôle annuel du développement avec obligation de présenter l’état de son réseau etc. Sur le papier, tout est formidable, un candidat pourrait presque signer un contrat de franchise les yeux fermés.

natilia fff

 C’est bien le problème car les yeux restent bien fermés également du coté de la FFF qui semble exercer un faible contrôle sur les résultats de ses adhérents.

Dernier exemple en date, je suis contacté par un candidat qui souhaite rejoindre la franchise Natilia, membre de la FFF. Il souhaite avoir un avis d’expert avant de s’engager. Prévenance judicieuse qui peut lui éviter de perdre plusieurs dizaines de milliers d’euros.

Première recherche basique sur le site www.societe.com , le constat  est sans appel, liquidation judiciaire en série des franchisés.  Je prends contact avec plusieurs ex-franchisés qui m’expliquent que le modèle économique n’est pas viable (je vous passe ici les détails) et qu’il y a plus de la moitié du réseau qui est liquidé et qu’ils sont pieds et poings liés en raison d’une clause du contrat de franchise qui leur impose la compétence exclusive d’un tribunal arbitral en cas de litige (comme pour Bernard Tapie). Cette clause peut paraître rassurante initialement, par exemple, un délai plus rapide que la « justice classique », mais personne n’en connaît la perversité, dont le coût qui est d’environ 50K€. Pour un groupe coté en bourse comme AST GROUPE, propriétaire de la marque NATILIA, c’est une goutte d’eau, mais pour un franchisé qui vient déjà de perdre 200K€ c’est impossible à réunir.

Donc, il ne se passe rien, pas de procès, juste un désastre humain personnel et financier.

Je vais donc faire un tour sur le site Internet de la FFF pour voir la fiche de  présentation de Natilia, chiffre de 2013 qui affiche 32 franchisés en place, aucune information sur le nombre de franchisés sortis du réseau.

natilia fff

 

 

Je prends contact par mail avec Christophe Grison, le juriste de la FFF pour lui faire part de mes recherches, l’informer de la situation et lui demander pour quelle raison la FFF met toujours en avant cette enseigne sans réserve.  Il ne me répond pas par mail, mais par oral. Selon lui, il n’y a pas de plainte de franchisé donc tout va bien et il n’a aucune raison de me croire. Mais il ne s’agit pas de me croire, tout simplement de vérifier sur societe.com , de faire un croisement avec les déclarations annuelles soi-disant obligatoires du franchiseur (nous sommes en 2015, il y donc au minimum les chiffres de 2010 – 2011- 2012 – 2013 et sur simple demande 2014).  Ce monsieur semblait presque offusqué que je puisse me permettre, moi, simple petit consultant même pas membre du « collège des experts de la FFF » de prendre cette initiative de « lanceur d’alerte ».

Cette politique qui consiste à faire preuve d’une grande « tolérance » vis-à-vis des adhérents sous couvert d’absence de plainte de franchisés m’exaspère au plus haut point. C’est inadmissible que la FFF ne fasse pas un simple travail de recherche sur la viabilité du concept de ses membres !! À quoi servent ses salariés ? faire toujours la promotion de la franchise sans balayer sur son propre trottoir ? Pour quelle raison les experts de la FFF ne manifestent pas publiquement un désaccord avec cette politique, car je donne ici l’exemple de Natilia, mais il semblerait qu’il y ait d’autres cas similaires.

Dernière réunion du Club Franchiseurs Toulouse

Pour cette 6ème réunion de l’année, le Club Franchiseurs était réuni au siège de Valoris développement, tête de réseau de l’enseigne TEMPORIS.

Patrick Igon Club franchiseurs Toulouse

Cette soirée était riche d’enseignements avec nos 3 intervenants vraiment spécialisés dans leur sujet.
Tout d’abord, Patrick Igon de la société OPTI’MIX nous a présenté le principe théorique de formalisation de processus indispensable au transfert de compétences dans le cadre de la rédaction d’un MANOP. Cela paraît complexe, et c’est pourquoi, il propose un accompagnement par le conseil et la formation spécialisée.
1) « Apprendre à maîtriser ses activités clefs » :
• Formation collective à la formalisation des processus d’activité clefs
(3 à 5 entreprises, 10 personnes maxi.) : 1 jour,
• Accompagnement de la formation individualisée : sur la base de 2 ½ journées par processus,
• Mise en pratique chez le franchiseur,
• Audit interne du franchiseur par le consultant : 1 jour.
Processus concernés au minimum :
1. Achats et Approvisionnements,
2. Réalisation du produit ou du service,
3. Vente (du devis au recouvrement des créances).
Coût : 5000 € environ.
(Prise en charge partielle probable des coûts de la formation par votre OPCA)

2) « Apprendre à auditer son franchisé » :

• Formation collective à l’audit des processus d’activités clefs
(Préparation, déroulement, compte-rendu, comportement de l’auditeur) : 1 jour,
• Accompagnement de la formation individualisée : sur la base de 3 journées par auditeur chez des franchisés différents.

Coût : 4000 € environ.

Patrick Igon Tél.06 80 38 54 61

S’en est suivi une présentation des outils de test de personnalité et d’aptitude à devenir franchisé « sur mesure » développés pour Temporis. Laurence Pottier-Caudron propose aux membres du Club Franchiseurs Toulouse de bénéficier de tarifs préférentiels.

Laurence Pottier Caudron Club Franchiseurs Toulouse

En 3ème intervention, Antoine Roux est revenu sur l’intérêt de sa solution de gestion de l’ensemble de l’impression des supports de communication d’un réseau de franchise EASYREZO.

Antoine Roux Club Franchiseurs Toulouse

Vous pouvez joindre Antoine Roux au 06 60 08 44 66

Nous avons finalisé cette soirée autour d’un cocktail dînatoire très convivial.

Soirée club franchiseurs toulouse

Rappel des rencontres de l’année 2014 :
Janvier chez API : le financement du franchiseur et des franchisés
Mars chez NATURHOUSE : la formation, mise en place d’une structure dédiée
Mai chez VALORIS DEVELOPPEMENT : questions juridiques
Juillet chez BYSP & Go Conseil : soirée d’échanges informels
Septembre chez RH SOLUTIONS : le management comportemental
Décembre chez VALORIS DEVELOPPEMENT : la mise en place de processus dans l’organisation du MANOP

La prochaine réunion aura lieu au siège de Help Confort fin janvier.

Bernard-Yves Saint-Paul

Expert en développement de réseau de franchise
06 81 34 47 16

www.bysp.fr